Comprendre pour mieux se soigner

Aujourd’hui je vais mieux, je ne prends plus de traitement mais je suis suivie très régulièrement par mon médecin et mon endocrino. C’est le résultat de grands changements.

En 2017, à 54 ans, en surpoids, avec quelques irrégularités de tension et un peu de cholestérol, je découvre que j’ai un diabète de type 2.

En France cette maladie est considérée comme une maladie chronique, c’est à dire que l’on n’en guérit pas.

Choquée, dans un premier temps, j’ai l’occasion de suivre une formation Éducation thérapeutique sur le diabète  proposée par le service Diabétologie-Endocrinologie de l’hôpital d’Antibes au cours de laquelle j’apprends enfin à manger et à bouger.

Pourquoi moi?
Pourquoi moi?

 

J’ai approfondi la compréhension de ces maladies sur des sites tels que celui de la fédération françaises des diabétiques ou celui de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) .

Ma voisine Annie m’a parlé de son frère diabétique qui marche 2 heures par jour et ne prend plus de traitement. J’ai beaucoup lu sur internet et j’ai trouvé des articles très encourageant sur la possibilité de guérir du diabète et d’une étude faite au Canada pour laquelle on parle effectivement de guérisson du diabète de type 2.

J’ai mis en œuvre quelques recommandations simples et j’ai rapidement noté des résultats positifs pour le diabète et l’obésité, avec une très nette baisse de la glycémie à jeun qui est même revenue à la normale au bout de 18 mois, une perte de 17 kg (1 kg par mois) et la disparition des soucis de tension.

Mes proches, mes amis, mes voisins ont perçu les effets positifs et visibles sur ma silhouette, une énergie nouvelle et ma bonne humeur et ont voulu en savoir plus.

En 2018, j’apprends que je souffre d’apnées du sommeil. En creusant ce sujet, je comprends que 50% des diabétiques souffrent d’apnées du sommeil et inversement. Ce « trouble » est sans doute lié à mon surpoids, au diabète, au cholestérol, … Les risques sont importants mais je ne veux pas subir cet état de fait.

Je décide de comprendre pour mieux me soigner.

Ce qui est bon pour un diabétique est bon pour un non diabétique. C’est ce qui m’a donné l’idée de partager mon expérience avec ceux qui comme moi veulent mieux comprendre comment bien manger et bien bouger pour mieux se protéger des risques.

Ce site s’appelle apnée-cholestérol-diabète-hypertension-obésité car d’après la fondation du sommeil, parmi les maladies qui sont aggravées ou déclenchées par l’apnée du sommeil, on note principalement :

  • l’hypertension artérielle
  • le diabète type 2
  • l’obésité
  • la dépression
  • la perte de libido
  • des troubles de concentration et des pertes de mémoire

Certaines études récentes font même un lien entre la présence d’apnée du sommeil et la maladie d’Alzheimer. En résumé, l’apnée du sommeil diminue significativement l’espérance de vie et la qualité de vie.

L’espérance de vie d’un diabétique, d’un obèse, d’un apnéique, … est de 10 à 15 ans de moins.

Je me suis posé la question… vivre jusqu’à 65 ans ou jusqu’à 80 ?

Diabétique mais voir grandir la famille
Envie de voir grandir la famille

Maintenant que je comprends l’enjeu, je veux bien agir pour bien me soigner. J’ai envie de voir grandir la famille.

> SUITE