Obésité et diabète

Avant d’être diabétique, je suis une femme. Et en plus d’être une femme, je suis obèse. Je n’aime pas du tout ce mot mais il est vrai.

L’obésité selon l’OMS concerne une personne ayant un IMC de 30 ou plus, une personne dont l’IMC est égal ou supérieur à 25 est considérée comme étant en surpoids.  > Calculer mon IMC

Dans mon cas il s’agit d’une obésité sévère puisqu’en 2017 je pèse 97kg pour mes 1, 59cm.

Faire attention et pas maigrir
Faire attention et pas maigrir

Ce n’est pas faute d’avoir fait des efforts et des restrictions, pas de charcuterie, peu de fromage, pas de plats cuisinés, je prépare moi-même nos repas à partir de produits frais. Je ne grignote pas. Je mange peu de pain. Je bois de la bière, du vin et des boissons gazeuses. Je sucre mon thé le matin. Je mange des fruits et des légumes.

« Généraliste bien-aimée », à qui je donne la liste détaillée de mes menus, coche alors ce qui peut encore être réduit ou supprimé. J’applique ses recommandations, (pour être honnête, à l’exception de la consommation d’alcool le soir) mais sans résultats. Au bout de 2 ou 3 mois sans réduction de poids elle évoque l’hypothèse de l’insulino-résistance.

L’analyse de sang confirme son doute : la glycémie à jeun est trop élevée.

Suit alors le rendez-vous chez l’endocrinologue qui confirme le diagnostique : je suis diabétique !

Coïncidence avec la ménopause ?

En tout cas il semble que la graisse du tour de taille entraîne une moins bonne action de l’insuline (insulino-résistance) et une augmentation de la glycémie.

Est-ce l’obésité qui crée le diabète ou le diabète qui rend obèse ?

Dans les deux cas, la question de l’activité physique est posée. Elle l’est aussi dans la lutte contre le cholestérol qui accompagne malheureusement souvent les obèses et les diabétiques.

> SUITE

> Reprendre au début